Maitresse Ava
maitresse Ava Dimanche soir

S'il est un des jeux que j'affectionne le plus, c'est bien celui du FACE-SITTING. Cela consiste à garder ses escarpins ou ses bottes, ses bas et ses gants en cuir ou vinyle, et à écraser de tout le poids de son sexe, le visage de son homme-objet! Aussi longtemps qu'on le souhaite. Afin de jouir à satiété de la bouche à disposition. Bien l'utiliser. Selon son propre rythme, ses propres envies. Jouir ou ne pas jouir selon sa volonté. Sentir le garçon dessous, humilié, possédé, à la merci, avide d'appartenir et de donner satisfaction!
Et puis, quel plaisir, dans cette position dominante, de pouvoir, avec ses mains libres, prendre les seins de l'homme-objet, les serrer fort! Et puis, si on le souhaite, disposer du petit anus ou du sexe attaché, afin de jouer avec jusqu'à plus soif!


Paris, mardi, 10h

Ce soir, je viens de rencontrer Mikaël pour la première fois, et j'y ai pris un très vif plaisir.
Dès qu'il est rentré dans mon appartement, j'ai demandé à ce charmant garçon de trente deux ans, de se mettre nu, à genoux devant moi. Puis je lui ai pris les seins entre mes ongles, et je les ai serrés très fort. Garrotté ainsi, tenu en laisse, je l'ai tiré à quatre pattes pour le faire trotter, tel un petit chien obéissant!
Ensuite, je l'ai obligé à s'allonger sur le dos et je suis venue m'allonger de tout mon poids sur son corps nu. Moi, je portais un tailleur noir de Saint Laurent, de la lingerie fine couleur chair et des escarpins vernis.
Mikaël s'est retrouvé aussitôt prêt à exploser, alors je lui ai ordonné de se calmer. Pour que ça dure. Pour que je puisse profiter et jouir, le plus longtemps possible, de ce nouveau garçon brun aux yeux verts, avec son si beau sexe et ses grands yeux de chat.
Ainsi, pendant deux bonnes heures, j'ai utilisé Mikael à satiété. Il s'est retrouvé à ma merci fouetté, fessé, retourné, puni, inspecté, manipulé, caressé, pris comme une fille. Finalement, le l'ai attaché en croix et je l'ai violé!


PAROLES D'HOMMES

Dans mon courriel,  mes hommes objets  donneront leurs impressions sur notre rencontre. Façon de nous faire partager leurs sentiments et d'en prolonger le plaisir. Pour publication, m'écrire en français ou en anglais.Attention, j'exige un style de qualité !


Le lundi, minuit 

Aujourd'hui, j'ai revu Philippe, un grand garçon au corps d'athlète, et j'en ai fait ma superbe femelle.
Bas blancs, guêpière bleu nuit et ballerines rouges, telle a été sa tenue de petite salope, qui lui a valu l'extrême des soumissions.
Mis en valeur par la guêpière, le cul de Philippe, totalement offert à ma vue et à mes mains, m'a longuement tenté. Alors, après avoir joué avec ce beau corps comme avec celui d'une poupée, je n'ai pas résisté à la tentation, et je l'ai bien sodomisé après l'avoir puni. Longuement, méthodiquement, avec émotion et sévérité. J'avais le sentiment que c'était moi, le garçon ; et lui, d'ailleurs, s'imaginait être ma femme. Ma femme violée. Parée et parfumée pour me plaire. Décidée à tout faire en son pouvoir de petite femelle pour m'exciter. Finalement il a joui, en couinant comme une fille. Et j'ai adoré ça.


Le dimanche, 22h

Pour la première fois, Xavier arrive chez moi. Superbe homme de la quarantaine, particulièrement élégant, bien dans sa peau.
Ses cheveux sentent bon. Sa peau est douce. Agréable au toucher.
Les seins sont hyper sensibles. Quant au petit cul, un vrai régal ! Doucement, après l'avoir ouvert, je le force jusqu'à la lie avec mes jolies boules de geisha vibrantes. Et je regarde avec émotion cet homme de toute évidence dominant dans la vie sociale, totalement à ma merci. Perdu dans un monde qui n'est plus la réalité mais le rêve.

Le vendredi, 19h30

Maintenant c'est au tour de Jean-Jacques. Charmant, jovial et attentionné, il affectionne le ciré noir. Il est vrai que moi-même, j'adore cette matière. Et quand je sors dans la rue cheveux aux vents, vêtue d'un pantalon moulant en vinyle, avec des bottes, un perfecto, des gants en cuir et un petit haut moulant, j'ai remarqué que les hommes s'arrêtent net, pétrifiés comme des statues de sel. Qu'ils soient seuls ou avec leur femme. Et de ce fait, j'évite cette tenue dans la vie. Pour ne pas provoquer des drames. En revanche, je ne m'en prive pas avec mes hommes-objet. Pour les posséder et sentir l'emprise que j'exerce sur eux. Voir leur regard chavirer, leur volonté se fondre, leur joli sexe et leur petit cul s'offrir. Et là, ce qu'aimait Jean-Jacques, en plus du vinyle, c'est que je lui fasse les gros yeux. Aujourd'hui, vendredi soir, je repense à cette semaine passée avec grand plaisir. Je m'étais décidée à plus de sélectivité et, de ce fait, la qualité de mes plaisirs s'en est trouvée rehaussée. Mes hommes-objet furent choisis, variés, multiples, délicieux. Pas un seul faux pas ! Raffinement, plaisir de l'extrême, sentiment de m'être retrouvée transportée hors de la trivialité des réalités sociales, dans un monde de rêve tissé de l'essentiel : la fusion avec l'Autre. 
Assez curieusement et contrairement à ce que l'on pourrait s'imaginer, je me suis aperçu que ces rencontres à priori libertines, induisaient une grande affection, une forme particulière de l'amour que je ne connaissais pas. Comme quoi, posséder activement un homme, faire qu'il se donne et ne recherche qu'un seul état : appartenir !, engage forcément à une forme de don de soi.


Samedi, 19h

Des plaisirs de la main et des ongles. Des mains douces longues et soignées, avec de beaux ongles vernis? A mes yeux, ce détail reste de première importance, en harmonie avec une lingerie raffinée de style Aubade ou bien avec du cuir ou du vinyle moulant. Esthétiquement, certes, mais aussi, tellement délicieux de posséder l'homme-objet dont je dispose, en le griffant plus ou moins fort, en alternant les doigts et les ongles, selon ma volonté de posséder par la volupté ou la douleur marquante. Et ensuite, regarder la partie du corps requise, zébrée de marques rouges.

Boutton Home